Site officiel de la mairie de Prunay sur Essonne
La vie communale aux XIXème et XXème siècles

Congrégation des Filles de la Croix, dites soeurs de Saint-André

Une maison conventuelle, succursale de Prunay sur Essonne, fut créée au milieu de XIXe siècle par l’acquisition d’un bâtiment au sieur Hadouville, en date du 31 mai 1859, après autorisation de Napoléon III, «par la grâce de Dieu et la volonté nationale, Empereur des Français», décret n°669 du 2 mai 1859.

La Congrégation des Filles de la Croix, dites Soeurs de Saint-André, «reconnue» à La Puye (Vienne) en date du 28 mai 1826, avait acquis le bâtiment avec dépendances pour la somme de 4000 Francs.

Cette création avait été permise par un don importance. Le 4 juillet 1854 la Supérieure générale de la Congrégation était autorisée à accepter le legs fait « par la contesse de MAURVILLE, Dame Florence Marie Huberte Joseph Ildebarde de GLYMES de HOLLEBEQUE, veuve du sieur Antoine Germain BIDE de MAURVILLE, suivant son testament du 11 août 1849, consistant en la somme de 30 000 F sous la condition notamment d’affecter à perpétuité à l’entretien des filles de la Croix (…) déduction faite de 200 F annuels pour le curé ou desservant de l’église de Prunay ».

La maison des sœurs de Saint-André

La maison des sœurs de Saint-André

Les maires depuis le XIXème siècle

1844 : Mr LÉPICIER, 1845 : Victor VINCENOT, 1848 : Georges BRISEMEUR, 1849 : René HARDY, 1854 : Mr BAUDET, 1881 : Mr LÉPICIER, 1889 : Mr BAUDET, 1890 : Mr LÉPICIER, 1896 : Adolphe MINIER, 1900 : Louis ANDRE, 1901 : Eloi BAUDET, 1904 : Adolphe MINIER, 1908 : Isodore BELLANGER, 1914 : Eloi BAUDET, 1919: Adolphe MINIER, 1924 : Charles SYLVAIN, 1943 : Mr VINCENOT, 1947: Georges BRISEMEUR, 1949 : René HARDY, 1953 : Georges BERCHER, 1989 : Guy CAPPE, Depuis 2008 : Patrick PAGES.

Le chemin de fer

La ligne du Bourbonnais, section de Villeneuve-Saint-Georges à Montargis passera par Prunay. En 1864 la Compagnie de Chemin de fer de Paris à Lyon et la Méditerranée (Cie PLM) achète à la Commune pour 140 F un terrain de 942 m2 au lieu dit le Marais des Rabiers (cadastrée n°903, section B).

L’électricité

En 1928, le Syndicat de Prunay et environs que préside le Docteur Didier, met en place la construction des réseaux de distribution d’énergie électrique pour les Communes de Boigneville, Buno-Bonnevaux, Gironville et Prunay sur Essonne, mais aussi les lignes Haute Tension. Les Communes participent aux frais. Elles sont «autorisées de s’imposer» pendant 30 ans, à partir de cette année, de centimes additionnels : 334 c pour Boigneville, 395 c 70 pour Buno Bonnevaux, 178 c 20 pour Gironville et 362 c 80 pour Prunay sur Essonne.

Les chemins vicinaux

Le maire Vincenot fait voter en 1947 un emprunt (1 100 000 F) pour la réfection des 5 km de chemins vicinaux.

Réfections de l’église

La toiture de l’église mérite une réfection en 1948 - 1950, qui sera faite par MULTON, entrepreneur à Buno- Bonnevaux. Et en 1953, un emprunt (170 000 F) sera fait pour « réparations à l’église qui menace ruine ».

L’adduction de l’eau

En 1953 et 1954 la commune emprunte pour construire des réseaux d’adduction de l’eau potable... la coquette somme de 2 540 000 F.

La guerre de 1914-1918

Au Monument aux morts, on lit les noms de cinq habitants morts au champ d’honneur : Julien BAUDET, Emile BUREAU, Nestor BAUDET, Lucien GIRARD, René SYLVAIN.

Site officiel de la mairie de Prunay sur Essonne